SOBAC - Rentabilité - Fertilité - Autonomie - Qualité - Environnement - Technologies Marcel Mézy - Bactériosol / Bactériolit - Solutions naturelles pour l'agriculturewww.bacteriosol-sobac.com - Englishsobac.de - Deutsch
PAYS DE LA LOIRE - Maine et Loire
Témoignage de Joël et Bruno Dittière
Joël et Bruno Dittière
Gaec Dittière à Vauchrétien
37 ha de vignes en appellation Anjou village Brissac,
coteaux de l'Aubance, Cabernet d'Anjou
“ La vie a repris ”

« La première fois que j'ai entendu parler de la Sobac, c'est par un copain que je vais livrer à Plémy, dans les Côtes d'Armor, qui est dans la production laitière et qui utilise Bactériosol®. Il m'avait dit que dans une réunion, il avait entendu un vigneron du coin qui en utilisait. L'idée de changer un peu de système me plaisait bien et c'est surtout celle de sortir du tout-chimique qui m'a séduit. C'était en 98.

J'ai pris du Bactériosol® pour dix hectares, en privilégiant mes appellations haut de gamme. En 99, j'ai essayé sur une parcelle qui allait être plantée en Chenin. J'avais fait un essai sur la moitié de la parcelle. C'est surtout au niveau du sol et de l'enherbement qu'on voyait des choses. Il y avait une herbe plus dense, plus verte. J'ai vite vu que la terre était beaucoup plus aérée et ce qui m'a marqué, ce sont toutes ces queues de feuilles de vignes qui dépassent du sol et qui ont été entraînées par les vers de terre. C'est impressionnant. La terre est moins compacte, les vers de terre font leur travail. La vie a repris.

Alors qu'en vigne, il n'y a pas d'exportation de matière organique ou si peu, la seule matière organique, ce sont les feuilles qui tombent, qui s'envolent. C'est la chimie qui empêche la réorganisation de la matière organique.

On vient de passer deux années de sécheresse et par rapport à des vignes de collègues, l'herbe résiste mieux et le feuillage est bien.

J'ai arrêté la chaux et le NPK. C'est important de travailler plus proprement, d'autant plus que quand les clients viennent à la cave, il y a souvent discussion et ils sont sensibilisés à ces questions. Comment on fait nos vignes, comment on fait le vin ? On peut leur parler du travail raisonné que l'on fait maintenant. Ils y sont très sensibles. C'est une vraie motivation d'achat. Pour l'instant, je ne fais que ces dix hectares car il y a des problèmes au niveau de la commercialisation des rosés et Cabernet d'Anjou.

Comme il faut la traçabilité, je pense que dans les années à venir, avec le Bactériosol®, on va augmenter les surfaces travaillées. C'est vrai que c'est confortable de se dire qu'on est en avance par rapport aux mesures environnementales qui vont être prises. Nous avons devancé ces mesures et c'est une bonne chose. Sur des terres ensemencées au Bactériosol®, nous avons eu une médaille d'or à Paris. Au niveau des vignerons indépendants, on a eu une médaille d'or l'année dernière en Anjou Village Brissac, une autre en Coteaux de l'Aubance. On est cité aussi dans le guide Hachette des vins. Tout ça est encourageant.

Juste avant les vendanges dans les coteaux de l'Aubance, j'ai des collègues voisins qui me disaient que j'avais vraiment du beau raisin au niveau maturité. Pour faire de la pourriture noble, on a plus de bons raisins qu'eux. Et ce sont eux qui en font la remarque. Eux, ils sont dans leur système et celui qui me dit que j'ai du beau raisin, il constate mais il n'est pas prêt à franchir le pas. Et pourtant, il voit qu'il y a un plus. Dans notre milieu, ça évolue quand même. Il y a de plus en plus de produits interdits donc il va bien falloir que tout le monde se remette à travailler ses sols différemment.

On a un sol moins compact. Tout l'hiver, c'est incroyable de voir tous ces tortillons de vers de terre. Il y a une meilleure résistance aux phénomènes climatiques. Au niveau végétal, en période de sécheresse, dans la partie Bactériosol®, la feuille est un peu plus verte qu'à côté. Les variations climatiques se font moins ressentir. Quand on a fait un profil de sol au début de l'année, on a vu que le Bactériosol® favorisait un sol plus poreux, qui se réchauffe à une certaine profondeur et que l'enracinement est beaucoup plus important avec un chevelu plus dense. On observe beaucoup plus qu'avant nos sols, la végétation. On veille à ce que la plante soit installée plus confortablement, moins stressée et qu'elle soit bien dans son milieu ».

Sites SOBAC : SOBAC Entreprise - SOBAC Agriculture - SOBAC Jardin - SOBAC Collectivités

© SOBAC - TECHNOLOGIES MARCEL MEZY™ - BACTERIOSOL® / BACTERIOLIT® - tous droits réservés - 2011-2015 - Mentions légales