SOBAC - Rentabilité - Fertilité - Autonomie - Qualité - Environnement - Technologies Marcel Mézy - Bactériosol / Bactériolit - Solutions naturelles pour l'agriculturewww.bacteriosol-sobac.com - Englishsobac.de - Deutsch
AUVERGNE - Allier
Témoignage de Jacques et David Jouanet
Jacques Jouanet, 55 ans
David Jouanet, 34 ans
à Bressolles
196 ha dont 30 ha de céréales
110 vaches à vêler de race charolaise
2 poulaillers label de 400 m²
“ Avant tout, les impératifs économiques ”

Jacques Jouanet et son fils David sont en GAEC depuis plusieurs années. En plus de leur imposant troupeau de charolaises, ils ont diversifié leur production en mettant sur pied deux poulaillers de 400 m² où ils élèvent poulets et pintades. La femme de David vient, pour sa part, de s'installer en juillet dernier avec un poulailler de poules pondeuses en agriculture biologique. Une diversification pour faire face à la crise qui n'épargne pas les éleveurs bovins. David Jouanet est d'ailleurs président des Jeunes Agriculteurs de l'Allier et il est le premier à dénoncer le manque de solidarité qui existe aujourd'hui entre les différentes filières. Depuis quatre ans maintenant, lui et son père travaillent avec la SOBAC. Une source de satisfaction dans un contexte difficile.

« Il y a quatre ans, Rodolphe Marchand, technico-commercial de la SOBAC est passé. Comme d'habitude, au départ, nous étions méfiants. La première année, nous avons fait du méteil sur 10 - 12 hectares. Nous n'avons travaillé qu'avec du Bactériosol®. On avait quand même mis un peu d'engrais et de l'azote… Les rendements n'ont pas été négligeables, même si cela a été pénible à moissonner. Après, nous nous sommes mis à travailler les litières avec Bactériolit®. Maintenant, nous ne travaillons plus qu'avec les fumiers de bovins et de volailles. Nous récupérons aussi le fumier de cheval dans un centre équestre et nous le traitons aussi avec du Bactériolit®.

Sur les pâtures, une chose est évidente : l'herbe est meilleure.

Nous avons vite constaté un plus grand confort dans les stabulations. Les fumiers sont moins juteux et ils travaillent plus vite. Le Bactériolit® est facile à employer. Le soir, on passe avec un seau pour en mettre sur les litières des vaches et éventuellement des veaux. Grâce au Bactériolit®, on met moins de fumier à l'hectare. Le fumier traité fait plus d'effet même à plus faible dose. Sur les pâtures, une chose est évidente : l'herbe est meilleure. L'année dernière, j'en ai eu la démonstration : les vaches allaient tout le temps sur la parcelle où il y avait eu du fumier traité 15 jours avant alors que d'habitude, elles attendent beaucoup plus longtemps avant d'y retourner. Il y a beaucoup plus de trèfle dans les parcelles traitées au Bactériolit®. Nous avons refait des prairies de meilleure qualité. Je peux comparer avec le voisin. Ça se voit à l'œil nu. Nous avons des champs voisins avec juste la route qui les sépare. On a fait les foins en même temps et lui, il n'a pas de trèfle.

Et chez nous, ça reste vert plus longtemps. Avant, on mettait dix tonnes d'ammonitrate. On n'en passe plus que deux pour les céréales. On a arrêté les dix tonnes d'engrais complet. Même chose pour la chaux.

Au départ, nous avons pris ce virage pour des raisons économiques. L'azote était tellement cher qu'il fallait trouver une solution. Nous avons fait un profil de sol il n'y a pas longtemps où deux trous ont été faits avec la pelleteuse. Le premier sur une parcelle traitée avec du Bactériolit®, l'autre sur une parcelle sans Bactériolit®. Là où il y avait eu du Bactériolit®, les racines descendaient 50-60 centimètres plus en profondeur que sur l'autre. C'était impressionnant !

Nous ne sommes pas « bios » puisque nous mettons du désherbant. Nous sommes raisonnables. Nous n'avons jamais été dans l'excès même si on y a réfléchi.
Aujourd'hui, nous sommes convaincus que notre nouvelle façon de travailler est la bonne. En plus, quand nous la travaillons, la terre est plus souple. Je pense que la bonne méthode pour développer la commercialisation de ce procédé c'est de faire venir les gens sur le terrain voir les cultures, voir les profils de sol. Ça vaut tous les discours.

Avec le Lycée agricole qui est juste à côté de chez nous, nous avons du matériel en commun mais ils ne semblent pas intéressés par notre façon de travailler. Ça vous donne une idée du travail qu'il reste à faire… Il y a bien quelques profs intéressés, mais on ne sent quand même pas une grande curiosité. Au niveau des Jeunes Agriculteurs, nous sommes partenaires de la SOBAC qui nous aide à publier notre lettre pour les adhérents. C'est aussi un moyen de vous faire connaître.

Nous sommes bien placés pour savoir que le lobby chimique tire les ficelles tout comme la grande distribution qui se rince sur notre dos. Pour vous donner un ordre d'idée, quand mon père est parti à la retraite en 1993, le bœuf s'écoulait à 26-27 francs le kilo (environ 4 euros). Aujourd'hui, il est à 20 francs (environ 3 euros). Huit francs, 1 euro 22 de moins au kilo près de vingt ans plus tard…

Nous n'avons pas le choix. Nous devons faire des économies et les charges montent de partout. Si on peut réduire nos charges sur l'aspect agronomique, eh bien on le fera. Pour le bienfait de l'environnement, mais aussi pour l'aspect économique. Et c'est pour cela que je pense que le procédé SOBAC a un bel avenir devant lui ».


ÉLEVEURS BOVINS ALLAITANTS
Témoignage de Bernard Blin
Témoignage de Pierre Calmelly
Témoignage de Serge Chéry
Témoignage de Jacques et David Jouanet
Témoignage d'Antony Ecalle
Témoignage de Jacqueline et Freddy Leonhart
Témoignage de Pascal Maratrat
Témoignage d'Alain et Bruno Baillon
Témoignage de François et Christophe Maréchal
Témoignage de Jean-Luc Gautier
Témoignage de Jerôme Merlet, ESAT La Ferme d'Azé
Témoignage de Philippe Quillon
Témoignage de François Lepoutre
Témoignage de Henri Mézaille
Témoignage de Robert Gomer, Sarl Pujol
Témoignage de Jean-René Thomas
Témoignage de Paul et Mathieu Causse
Témoignage de Jean-Luc Dussoubs
Témoignage du Gaec Beylier
Témoignage de Paul Besson
Témoignage du Gaec du Puy de Banes
Témoignage d'Yves et Maryse Baudouin
Témoignage de Jean-Patrice Mandin
Témoignage de Daniel et Maxime Coutant, Jean-Paul Vivion
Témoignage de Vincent, Michel et Françoise Gautier
Témoignage de Joël et Monique Marboeuf, Bruno Malinge
Témoignage de Mickaël et Loëtitia Desmars
Témoignage de Neil et Sylvie Dielman
Témoignage de Pierrick Piron et Loïc Taillandier
Témoignage de Thierry et Patrick Darblade
Témoignage de Thierry Gitton





“ Avant, on mettait dix tonnes d'ammonitrate. On n'en passe plus que deux pour les céréales. On a arrêté les dix tonnes d'engrais complet. Même chose pour la chaux. ”

Sites SOBAC : SOBAC Entreprise - SOBAC Agriculture - SOBAC Jardin - SOBAC Collectivités

© SOBAC - TECHNOLOGIES MARCEL MEZY™ - BACTERIOSOL® / BACTERIOLIT® - tous droits réservés - 2011-2015 - Mentions légales