SOBAC - Rentabilité - Fertilité - Autonomie - Qualité - Environnement - Technologies Marcel Mézy - Bactériosol / Bactériolit - Solutions naturelles pour l'agriculturewww.bacteriosol-sobac.com - Englishsobac.de - Deutsch
BRETAGNE - Côtes d'Armor
Témoignage de Christine et Victoire Lancien
Christine et Victoire Lancien
EARL des Blés Noirs
à Plounérin
Élevage bovin lait :
90 laitières race Prim'Holstein
“ L'envie de redonner À la terre sa vraie valeur ”

Autour de la table de la cuisine, dans la ferme familiale de Quellenec à Plounérin, quatre générations de femmes sont là. Victoire, 79 ans, sa fille Christine, sa petite fille et son bébé. Sur le mur derrière nous, plusieurs photos de la reine de l'élevage, Ricki, sacrée deux fois consécutive "Grande Championne" au Salon de l'Agriculture à Paris dans la race Prim Holstein. Une consécration pour ces amoureuses de la terre et des bêtes dont le troupeau est classé N°1 au niveau national par l'Association Française des éleveurs de la race Prim'Holstein. Depuis trois ans maintenant, elles travaillent avec la Sobac et en sont devenues des ambassadrices inconditionnelles. Rencontre.

Victoire est fatiguée. A 79 ans, elle vient de passer une bonne partie de la nuit avec les vaches, en pleine période de vêlage. Sa fille Christine, la patronne de l'exploitation, ne va pas tarder à venir déjeuner. Le temps pour Victoire de nous parler de sa vie, ici, au milieu des bêtes : « Aujourd'hui, je suis fière du travail de Christine. Le travail de paysan c'est de toute beauté surtout quand on le pratique comme Christine. Dommage qu'on soit un peu ignoré ». Une vie de labeur qui n'a jamais fait peur à Victoire : « J'étais à l'école pendant la Guerre. A 12 ans j'ai fait de la Résistance. Depuis j'ai toujours combattu, toute ma vie je me suis battue ». Elle nous dit encore qu'elle parle mieux le breton que le français et se rappelle de la première visite des gens de la Sobac, il y a quelques années : « Nous étions en train de soigner une vache malade. Il y avait deux messieurs qui attendaient à côté de la porte. Quand je leur ai demandé ce qu'ils voulaient, ils m'ont dit : « On est là pour améliorer les sols et vous apprendre des choses ». Et puis ils sont partis puisqu'on avait pas le temps de les recevoir. Pierre Poilbout est revenu. Il a parlé longuement avec Christine. J'écoutais un peu et je disais à ma fille : Tu ne vas pas faire tous les champs comme ça quand même.

Je n'étais pas du tout convaincue au départ. J'en dormais pas. Je me disais : Les vaches n'auront plus à manger ici. Maintenant avec un peu de recul, je suis sûre que nous avons pris le bon chemin. Ma fille est encore plus inconditionnelle que moi. Mais c'est vrai qu'au début c'est dur quand vous voyez votre maïs qui ne monte pas et que celui d'à côté va jusqu'au plafond. Au bout du compte, on a eu un bon rendement et le maïs est de meilleure qualité. Les vaches ne le refusent pas comme avant. Cette année, c'est encore meilleur. On a plus de lait, de meilleure qualité et les vaches sont en pleine santé. Et nous faisons beaucoup moins appel au vétérinaire. Oui, je pense que nous avons pris de l'avance sur les autres. Avec Bactériolit® et Bactériosol®, en fait, il faut de la patience. Il faut savoir attendre, mais ça vaut le coup »
. Victoire a testé Bactériosol® dans le potager : « Les salades ont changé de goût. J'ai retrouvé les goûts de mon enfance. En plus au pied, il y a à chaque fois quatre ou cinq vers de terre. Il y a longtemps que ça avait disparu. On sent que la vie est revenue. Dehors, au pignon de la maison, j'ai une rose de Noël. En 35 ans, elle n'avait jamais fleuri. Maintenant elle refleurit tous les ans. On ne prend pas assez de temps pour parler aux plantes, pour les bichonner ».

“Je sais maintenant qu'au lieu de détériorer la terre, je suis en train de l'améliorer”.

Christine vient d'arriver. C'est une femme de la terre, une vraie. Quand son frère a quitté l'exploitation, son mari qui est dans l'Education Nationale, lui a dit : « Dans ta vie, tu n'as jamais choisi. Aujourd'hui tu vas choisir : Ou tu restes ou tu t'en vas ». Christine n'a pas hésité longtemps : « Je ne regrette pas d'être restée. En plus le fait d'avoir rencontré la Sobac m'a ouvert de nouveaux horizons. On ne fera plus jamais n'importe quoi, n'importe comment. Je traite tous mes lisiers et fumiers au Bactériolit® et cette année, avec la coopérative du Gouessant, j'avais la meilleure analyse au niveau du maïs. En fait, ça fait vingt ans que je m'inquiétais. J'adore mes vaches et je me disais toujours que je ne leur donnais pas de la bonne nourriture. Ça me gênait.

“La terre, on a craché dessus et en travaillant comme je travaille aujourd'hui, je redonne de la noblesse au métier de paysan”.

Je me rappelle d'une année où au printemps les vaches étaient sur une pâture, belle d'apparence. A trois heures de l'après-midi, elles descendaient en gueulant à tel point que je croyais que j'avais oublié d'ouvrir l'eau. Pourtant elle était ouverte. Sur le coup je n'ai pas compris qu'en fait, elles n' étaient pas contentes de la ration. La production de lait n'était pas bonne. Quand on a ensilé, l'herbe était belle mais les vaches n'en ont jamais voulu. Elle était amère. Il m'aura fallu vingt ans d'élevage pour comprendre que la terre était saturée, qu'elle avait besoin d'être purgée de toutes les saloperies qu'on lui faisait ingurgiter. Je ne faisais que constater les dégâts, je n'avais pas les solutions. C'est la Sobac qui me les a apportées. J'y ai tout de suite cru même si ma mère disait à Pierre (Poilbout) : “Jure moi que les vaches auront à manger, jure le moi !” Je veux faire aussi bien avec la terre que j'ai fait en génétique. Si j'ai combattu de la sorte, c'est pour mes vaches. Je sais maintenant qu'au lieu de détériorer la terre, je suis en train de l'améliorer. Nous allons continuer à faire des choses saines avec autant de rendement. Comme quoi, il faut aller au bout de ses convictions, sans se laisser influencer. Avec Ricki et mon troupeau, je suis connue dans l'Europe entière et je sens que nous avons encore une marge de progression. Aujourd'hui les vaches sont plus fines, plus en forme. Dans les stabulations, il y a le soleil qui rentre. J'ai toujours voulu que mes bêtes respirent l'air pur. Et maintenant je sais en plus qu'elles sont nourries sainement. C'est une nouvelle aventure qui vient de commencer avec ma terre. Tu ne peux pas matraquer la terre et être bien dans ta tête.

J'étais nulle en cultures mais de cette nullité j'ai fait une force. Je n'avais pas d'à-priori. C'est notre troisième année avec Bactériolit® et Bactériosol®. Pendant deux ans, j'ai vécu avec les railleries des autres mais c'est fini maintenant. Même s'ils ne le reconnaissent pas, ils voient que je suis dans le vrai et que je prends de l'avance. Je n'ai plus de croûtes sur le lisier qui est beaucoup plus facile à épandre et les cultures sont plus belles. Tout se met en harmonie autour de mon troupeau et intellectuellement, c'est tellement réconfortant. Je ne vivrai pas ma vie au travers du regard des autres. Je ferai ma vie à fond telle que je la sens. La terre, on a craché dessus et en travaillant comme je travaille aujourd'hui, je redonne de la noblesse au métier de paysan. Je vis cela comme une reconnaissance, l'envie de redonner à la terre sa vraie valeur.

J'avais ce même amour quand j'avais huit ans et que je gardais les truies qui allaient mettre bas. Combien de fois je me suis endormie, la tête posée sur le ventre de la truie. A cette époque, Il m'est même arrivé de faire du bouche à bouche à toute une série de porcelets qui s'étaient asphixiés. La culture, beaucoup de gens en vivent mais c'est nous qui la faisons et qui allons la changer ».

ÉLEVEURS BOVINS LAIT
Témoignage de Hubert et Philippe Gave
Témoignage de Jean-Philippe Granger
Témoignage de Marcel Gruel
Témoignage de Raphaël Hédan
Témoignage de Damien et Nicole Deslandes
Témoignage de Bernard et Sébastien Tignon
Témoignage de Florent Michel
Témoignage de David Aymar
Témoignage de Daniel Commault
Témoignage de Jacques et Michel Seggers
Témoignage de Christine et Victoire Lancien
Témoignage de Francis Albinet
Témoignage de Jean-Louis Lièvre
Témoignage de Stéphane et Christelle Buffet
Témoignage de Daniel et Maxime Coutant, Jean-Paul Vivion
Témoignage de Vincent, Michel et Françoise Gautier
Témoignage de Laurent Goure et Didier Bessonneau
Témoignage de Tony Lebas, Philippe Jehan et Stéphane Dayer
Témoignage de Daniel Dupont
Témoignage de Bruno Groyer
Témoignage de Neil et Sylvie Dielman
Témoignage de Daniel Laisné
Témoignage de Mickaël et Loëtitia Desmars
Témoignage d'Emmanuel et Marion Letablier
Témoignage de Laurent Creully et Fabrice Lamotte
Témoignage de Neil et Sylvie Dielman
Témoignage de Philippe Lecanu
Témoignage de Jean-Pierre et Yvette Gérault
Témoignage de Hervé Desmots
Témoignage de Marcel Gruel
Témoignage de Jean-Marc Cornée
Témoignage de Pierrick Piron et Loïc Taillandier

Sites SOBAC : SOBAC Entreprise - SOBAC Agriculture - SOBAC Jardin - SOBAC Collectivités

© SOBAC - TECHNOLOGIES MARCEL MEZY™ - BACTERIOSOL® / BACTERIOLIT® - tous droits réservés - 2011-2015 - Mentions légales